Debout,

comme toujours ou presque, même à bout, ne jamais mettre genou,

à terre, jamais de prières, sauf pour toi, si belle A

 ce que l'on peut perdre quand on se hait,

bien plus que de soi, tous ces morceaux de toi,

me rappellent à jamais Ô combien j'ai foiré

Deux bouts,

là sur le bas coté, je te regarde passer,

sans voix, sans voie ... sans après, 

la gueule du "guerrier", s'endort sur ses lauriers et se prend à rêver,

de porc en cure, à nouveau te toucher, syndrome du malin, 

mourir est sinécure, mais la vie acharnée,

j'ai beau marcher, poudre aux yeux et nez bouché, tu n'empruntes pas le même chemin,

De boue,

je n'ai fait que penser, d'éspace en passe-passe,

tricher mais t'aimer et te voir filer, du sable et de la joie,

le monde entre tes doigts, chrysalide éclot ne laisse traces,

que je ne te piste pas à pas, ton sourire me manque tes mots,

soupirs et suffocations plane au dessus du lot

je te dois tout, tu me dois colère,

et je t'offre toute ma fierté genou à terre.

 

fumeuse low A (oeuvre by Dziff dziff.com)

 

pas besoin de compassion mais de compréhension, avant de se retrouver du mauvais côté du gazon

 20615